Le besoin de perfection affecte votre santé

Ce qui se cache derrière cette bombe

Qu’y a t il de mortifère dans ce besoin d’être parfait ?

A priori, être parfait devrait vous porter.
Quoi de plus élégant que d’être quelqu’un de parfait ?
Parfait chef d’entreprise, parfait au lit, parfaits papa ou maman, parfaits amant ou maîtresse, et surtout, ne pas oublier le meilleur :
parfaite fille ou parfait fils à papa maman.
Et oui, c’est là que les ennuis commencent, ou plutôt ont commencé.

Bon, voyons ça de plus près.

Vous avez certainement dans votre entourage, voire vous connaissez cela pour vous-même, des personnes qui passent leur temps à se plaindre de ne pas arriver assez bien, de ne pas pouvoir donner assez, de ne pas mieux réussir, d’être trop ci ou pas assez cela, et parfois aussi, de ne pas savoir assez se mettre en valeur, voire de ne pas s’épanouir, que ce soit au boulot, en famille, ou dans les histoires amoureuses…

Et ces mêmes personnes vont souvent réussir, malgré elles, à vous culpabiliser de ne pas assez les écouter, de ne pas les comprendre, ou même, de leur mettre les bâtons dans les roues.

Ces personnes-là sont capables d’utiliser tous les leviers affectifs et émotionnels, les exagérations, les plaintes, voire les manipulations, pour vous vampiriser, pour se servir de vous comme dépotoirs de leur propre manque de confiance en soi, pour vous rendre responsable de leurs besoins inassouvis d’êtres vus.
Ils vont parfois devenir des dévoreurs de votre énergie, en vous faisant croire que vous ne les aimez pas assez.

Pour vous rendre responsable de leur auto-apitoiement.

Examinons l’exemple de Juliette:

Juliette est une femme de 55 ans, à l’allure flamboyante, habillée de manière extravagante, des cheveux de feu, un maquillage parfait, pleine de diplômes, elle a fait toutes les formations possibles, elle bosse tout le temps, et a l’impression d’avoir tout fait pour y arriver.

Elle est souvent la 1ʳᵉ à prêter de l’argent à tout le monde et à se proposer pour rendre service.

Pourtant…

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, Juliette n’a plus un rond, son mari l’a quittée, son boulot s’écroule, elle ne trouve pas de petit copain, et elle tombe dans une déprime profonde, voire une envie de suicide.

Elle se sent abandonnée du Bon Dieu…
Quand je lui demande si elle a une idée de ce qui lui arrive, elle me répond :

« je ne comprends pas, je m’arrange pourtant tout le temps pour être parfaite,
pour être la plus belle, la plus compétente, pour que les hommes m’aiment.
Et en fait, j’ai le sentiment que je les fais plutôt fuir.  »

Le mental qui sait toujours tout

Finalement, elle sait toujours parfaitement ce qui est bon pour l’autre, ce dont l’autre a besoin.

Et non seulement elle donne le pouvoir au monde entier de la faire souffrir, ce qui arrive quand l’autre ne trouve pas de place à ses côtés, puisque tout y est déjà parfait, mais en plus, elle va faire se culpabiliser l’autre de la faire souffrir, en ne voyant pas qu’elle fait tout pour lui.

«  Je t’ai prêté tout mon argent, et tu ne vois pas que maintenant,
je n’ai plus rien et je ne sais pas comment faire pour m’en sortir. »

En fait, Juliette se rend indispensable, parfaite, décide de ce qui est juste ou pas, pour l’autre, et ne se rend pas compte qu’elle maintient ses proies dans un état d’anxiété permanent de ne pas être à la hauteur, dans le danger permanent de ne pas pouvoir lui rendre autant qu’elle a donné etc.

Qu’en est il en réalité ?

Juliette s’est dissociée de ses ressentis et ne fonctionne plus que mécaniquement avec ses pensées, ses croyances et son conditionnement.

En fait, très tôt, dans son enfance, elle a subi les humiliations et la trahison de ses parents, le manque violent d’attention.
Elle a vécu un enfer d’où étaient exclus les sensations de douceur, d’acception, de compréhension, et elle s’est coupée de ses capacités à s’émouvoir, à sentir ce qui est juste ou pas pour elle. Elle ne fonctionne plus qu’au travers de ses mécanismes automatiques de pensées, de ses stratégies de survie et d’adaptation.

Et cette anesthésie vitale pour supporter son environnement familial l’a petit à petit entraîné vers des comportements mortifères.
Elle est devenue une machine à faire un maximum, pour ne pas mourir.
Voilà comment se plante la graine de certains dysfonctionnements émotionnels, qui deviennent ensuite physiques, et qui peuvent un jour, se transformer en maladie si rien n’est entrepris pour en sortir.

L’éveil Santé, c’est commencer à ne plus exister qu’au travers de la pensée.

La santé, ce serait là où vous autorisez votre cerveau à penser, mais en même temps, votre corps à sentir.
Là où vous utilisez votre intelligence émotionnelle et que vous n’êtes plus otage de vos pensées.

Si le sujet vous parle, et si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à télécharger (gratuitement) mon livre

« Tout le monde mérite d’être en santé »,
qui renferme des trésors pour commencer à comprendre les rouages de la mise en place des maladies.

À bientôt pour la suite !

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous

Laisser un commentaire:

close

Téléchargez votre livre ​OFFERT
"Tout le monde mérite d'être en santé"

et comprenez les mécanismes de mise en place de la "maladie"