La période idéale pour chasser le Gremlin en toi

Ne fais pas de ta vie un entracte

La période de noël et de fin d’année est toujours propice à un retour des émotions de toutes sortes..

Les souvenirs remontent et les tensions en famille sont incontournables.

Cette période ramène inévitablement

  • aux zones d’inconfort en chacun de nous,
  • à l’enfant qui a mal quelque part
  • à cette partie d’imaginaire, créative et d’initiative qui a parfois été amputée
  • à cette partie qui survit, en s’adaptant aux contraintes et aux conditionnements familiaux, sociaux, culturels, qui dit que pour être aimé(e) il ne faut surtout pas être comme on est. Une mutilation précoce courante qui handicape tout au long de la vie.
  • à notre force d’adaptation de nos besoins, de nos aspirations et de nos rêves.

Cette période où tu peux avoir le sentiment que tu vis un peu plus parce que:

  • ou bien tu as mal quelque part,
  • ou bien tu as le sentiment que tu peux faire quelque chose pour aller mieux, en faisant des cadeaux , en faisant la fête, en t’offrant un festin ou en croyant à la réconciliation…

Tu fais comme si… et ça te renvoie toujours l’idée que tu sais parfaitement t’amputer d’une partie de toi, le reste du temps, de l’année, en te casant dans une petite boite, et en attendant le moment propice, décrété par le reste du monde, pour t’amuser et s’aimer.

Un dilemme récurrent

C’est une période propice à ces dilemme récurrents qui consistent à devoir choisir entre des besoins matériels et miser sur une transformation de ta vie en profondeur. Une période où tu oublies facilement que tu es responsable des choix de vie que tu fais et où tu retombes si facilement dans l’enfant blessé qui reproduit ses schémas traumatiques.

C’est qui, c’est quoi, ce Gremlin qui œuvre en toi ?

C’est comme si tu hébergeais à vie un « pseudo » ami qui te fout le bordel chez toi, te fais chier à longueur de temps, fait tout de travers, ne t’écoute même pas, et que tu n’arrives pas à mettre à la porte.

Un pseudo ami que tu connais tellement bien, pourtant.

Ton « Gremlin » ( diablotin)….il te prend comme victime de ses farces répétées, mais veille cependant à ta pérennité. Il sait parfaitement capter ton attention, et va créer de toutes pièces, dans ta tête, des scénarios adaptés à tes points faibles. Et toi, tu continues d’attendre la fin du film, en restant dans la salle jusqu’au bout…alors que tu connais déjà cette fin par coeur. Tu as déjà vu ce film tant de fois ! Et malgré cela, tu ne sors pas de la salle de cinéma! Tu as un abonnement, alors faut bien le rentabiliser, non ?

Adulte, tu es la seule personne responsable et capable de donner un sens à ce que tu vis.

C’est un besoin essentiel et s’il manque, la porte s’ouvre à tous les malaises et maladies.

La question est : qu’est ce que tu peux apporter à la vie en toi, pour être plus vivant(e) ?

La santé, c’est être vivant.

Et être vivant, c’est avoir éliminé tout ce qui entrave ton idée du vivant en toi, tout ce qui fait que tu subis, que tu es infidèle à toi même, que tu ne crées pas et que tu ne te respectes pas.

La maladie étant le gap entre ce que tu es devenu(e) et ce que tu es en réalité, être en santé c’est retrouver les éléments significatifs de ta vraie vie en les expérimentant.

Ne pas te laisser guider par des généralités, des conditionnements, des injonctions sur la forme, les apparences qui doivent plaire au plus grand nombre. Revenir à qui tu es et te reconnaître, te rassurer, et te valider.

Si tu ne regardes la pièce que du côté pile, ou que du côté face, tu ne vois pas la pièce. Elle n’existe pas. C’est seulement quand tu la prends entre les doigts, que tu la fais tourner, que tu peux constater qu’elle existe parce qu’il y a en même temps les cotés pile et face.

Ton bambin intérieur a mal.

Parce que son autonomie, ses besoins, son élan, son être est figé dans les souvenirs d’interdits, de punitions, de manque. Cet enfant a grandi avec des ressentis de rejet de ses attentes, de punitions, de conditionnements contradictoires. Il ne pouvait pas vraiment rire ou pleurer, ni explorer la vie en lui.

Et ce pitchoun n’a jamais reçu d’explications. As tu déjà vu des parents qui expliquent à leur môme pourquoi ils lui interdisent de faire des « bêtises », ou le punissent quand il se fait mal ?

Il finit par se sentir coupable et responsable de ce qui arrive autour de lui. Il n’a jamais compris la situation.

Adulte, tu ne sais pas nourrir certains besoins, que tu ne connais probablement pas, tu n’oses pas t’affirmer librement, tu ne laisses pas tes ressentis s’affirmer spontanément. Tu es devenu sérieux(se) et blasé(e). Tu surveilles tes propos. Tu n’oses pas sortir du cadre. Tu culpabilises pour des broutilles. Tu es sorti de ta véritable maison pour t’enfermer dans ton château fort. Tu ne sais plus t’encourager à faire les choses selon tes propres désirs.

Quoi faire alors ?

Une part de toi même, indépendante de la matière, le Soi, n’est pas conditionnée par le cerveau. C’est une part de toi qui n’a pas été endommagée, qui n’a pas souffert, et qui connaît la félicité.

Tu peux décider de te relier à cet état d’être.

Les hémisphères cérébraux sont extrêmement spécialisés : le gauche traite davantage les données analytiques, mathématiques et linguistiques, tandis que le droit est plus efficace dans la perception spatiale, le raisonnement non verbal, la prise de décision et la détermination d’actions.

Quand tu te concentres sur ton corps ou sur ce que tu es directement en train d’expérimenter à l’aide de tes récepteurs sensoriels, tu es ancré dans la réalité.

Par contre, quand tu concentres ta conscience sur tes pensées, tes fantasmes, tes idées et tes souvenirs, tu te trouves embraqué dans le monde des chimères. ( Richard CARSONdéjouer son saboteur intérieur)

Tu vois bien que tu es à la merci de ta vision duelle, soit par l’utilisation plus poussée d’un de tes 2 hémisphères cérébraux, soit par l’exploitation plus ou moins inconsciente de ton cerveau en brimant ton corps….

Se relier et harmoniser

Te relier à ton cœur d’enfant est la plus belle façon de toucher à ton authenticité. Relier et harmoniser le haut et le bas, le cerveau et le corps, les pensées, croyances et les émotions…

C’est la part spirituelle de l’harmonisation que tu peux effectuer, en cette période propice d’entrée dans l’hiver.

La sève est descendue, le feu s’est calmé, la nature hiberne et se prépare à un renouveau.

C’est un moment magnifique pour être à l’écoute de ce qui est vraiment vivant en toi, de te préparer à être joyeusement créatif.

Libérer ton enfant intérieur blessé, lui tendre la main, et lui redonner toutes les chances d’exprimer ses dons, ses pulsions de vie, sa quête d’amour, son authenticité, son unicité, sa connexion au divin. Renouer avec son humilité. Lui offrir le grand tout en l’unissant à l’adulte aimant et en lui offrant l’adulte dévoué et reconnaissant.

Une période propice à la prise de conscience que tu n’es pas ton père, tu n’es pas ta mère.

Tu peux évacuer les mauvais traitements que tu t’infliges parce que c’est ce qu’on t’a appris.

Tu peux décider, choisir et autoriser ton enfant intérieur à sortir de sa boîte, pour vivre ce qui le tente, ce qu’il aime, ce qu’il connaît depuis sa naissance et ce qui le met en joie.

Il n’aime pas les conflits, les jeux de pouvoir, ni les règlements de compte. Il n’aime pas non plus les faux semblants et les mensonges.

Il n’a besoin que de briller son innocence, son authenticité, et de sentir que tu les lui autorises.

Il te demande de lui restituer des pensées justes, des comportements justes pour que lui, puisse se sentir entendu et qu’il puisse vivre ses émotions justes.

Il veut t’aider à faire la nique à ton mental, et te montrer comment te servir de ton corps, là où il en a besoin.

Le cerveau serait le lien entre la conscience et la matière.

L’éveil santé c’est accepter de faire des expériences pour marier le cerveau et le corps, entre les pensées et les actes, et voir que c’est un couple idéal qui fonctionne très bien en harmonie, quand et comme je le choisis.

Le moment est adéquat pour comprendre si ce que tu vis n’est pas juste pour toi.

Au lieu de jouer à te faire une liste dérisoire et à obsolescence programmée de résolutions pour faire plaisir à cette convention stupide, demande toi s’il n’est pas le moment judicieux de commencer à désobéir à ton conditionnement, à tes habitudes inexplorées qui te mènent par le bout du nez vers un mal être plus que certain.

Michelle

Et n’oublie pas que le pouvoir de changer est entre tes mains !

infos sur nos ateliers d’EVEIL SANTÉ de printemps 2020

infos sur mes activités de thérapeute

le scan thérapeutique, c’est quoi?

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous

Laisser un commentaire:

close

Téléchargez votre livre ​OFFERT
"Tout le monde mérite d'être en santé"

et comprenez les mécanismes de mise en place de la "maladie"